par Marc

Le nuage

juin 7, 2013 dans Expositions par Marc

Le nuage

Le nuage est une création de Marc Blieux aka Marc Moana (création 3D)  et  Leandre Vaucher aka Lulju Leandre (environnement sonore) , dans le cadre de la création collective Quantic. Elle sera présentée lors du Quantic festival les 7,8,9 juin à Vichy.

1) Branchez vos écouteurs

2) Déplacer vous dans le nuage

3) Reposez vous dans la baignoire

4) Trouvez le poisson et cliquez dessus

5) N’oubliez pas d’éteindre le poisson en cliquant à nouveau dessus

 

The cloud is a creation of Marc Blieux aka Marc Moana (3D build) and Leandre aka Vaucher Lulju Leandre (sound composition), for the collective creation Quantic. It will be presented at the festival Quantic 7,8,9 June Vichy.

1) Plug your headphones

2) Move up in the cloud

3) Relax in the bath

4) Find and click on the fish

5) Do not forget to turn off the fish by clicking it again

par Marc

Dans la tête de Joseph Beuys

juin 6, 2013 dans Evénements par Marc

 

Dans la tête de Joseph Beuys

 

Dans la tête de Joseph Beuys

 

Dans la tête de Joseph Beuys

in english below

Dans la tête de Joseph Beuys est une création de Marc Blieux aka Marc Moana, dans le cadre de la création collective Quantic. Elle sera présentée lors du Quantic festival les 7,8,9 juin à Vichy.

Réalisation d’un Pavillon re-source.

1)  Visitez le Pavillon

1)  Cliquez sur le plongeoir

2)  Branchez vos écouteurs

3) Tapez dans la zone de chat les mots suivants, dans l’ordre que vous souhaitez, attendez quelques minutes et faîtes de nouvelles combinaisons avec ces mots.

– énergie

– évolution

– sculpture sociale

 

Dans la tête de Joseph Beuys

 

In the head of Joseph Beuys is a creation of Marc Blieux aka Marc Moana, in the context of collective creation Quantic. It will be presented at the festival Quantic 7,8,9 June Vichy.

Realization of a pavilion re-source.

1) Go to the Pavillon

2) Click on the diving

3) Plug your headphones

4) Type in the chat box the following words in the order you want, wait a few minutes and doing new associations with those words.

– sculpture sociale

– energy

–  evolution

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Joseph Beuys (1971, photo by Lothar Wolleh)

 

 

(en cours / text in progress)

Joseph Beuys (1921 – 1986) est un artiste allemand qui a produit un nombre de dessins, de sculptures, de performances, fluxus, happening de vidéos, d’installations et de théories, dans un ensemble artistique engagé politiquement.

Un événement va être déterminant pour la suite de sa vie : pilote de la Luftwaffe sur le front russe pendant la Seconde Guerre mondiale, il s’écrase en Crimée. Ce moment est pour lui celui de l’instauration de sa légende personnelle : il semblerait qu’une patrouille allemande l’ait retrouvé et emmené à l’hôpital, mais Beuys raconta que, recueilli par des nomades tartares qui l’avaient nourri de miel, il était revenu à la vie, recouvert de graisse et enroulé dans des couvertures de feutre. Ces éléments qui lui auraient sauvé la vie deviendront récurrents dans sa production artistique (exemple : la Pompe à miel). Il utilisera aussi couramment des matériaux tel que le feutre ou la graisse, en souvenir de cet incident qui sans avoir recours à ces éléments, lui aurait couter la vie.

À partir de 1964, Beuys inclut dans ses installations des matériaux organiques qui lui tiennent à cœur depuis son accident d’avion : le feutre qui isole du froid, la graisse symbole de chaleur et d’énergie, le miel, mais aussi la cire d’abeille, la terre, le beurre, les animaux morts, le sang, les os, le soufre, le bois, la poussière, les rognures d’ongle, les poils. Ces derniers matériaux montrent la réutilisation par Beuys des déchets, non pas pour les magnifier, mais pour les mettre au service de l’art et explorer leur matérialité.

Joseph Beuys s’explique sur l’emploi de trois de ses matériaux de prédilection dans ses objets et lors de ses actions, à savoir la graisse, le cuivre et le feutre : «Oui. J’ai utilisé davantage de matériaux au début et ils étaient plus conventionnels. Mais après la crise, j’ai commencé une nouvelle théorie et j’ai essayé de trouver les matériaux adéquats pour exprimer mes préoccupations avec de nouvelles énergies, avec les problèmes d’énergie en général et ma compréhension de la théorie de la sculpture. J’ai réalisé que nul ne connaissait le réel caractère de ce dont il parlait chaque jour, la sculpture, et que nul ne connaissait la constellation des énergies mises en jeu par la sculpture. Aussi j’ai essayé de pourfendre cette idée conventionnelle : la sculpture ; ce n’était pas pour moi uniquement le fait de travailler dans un matériau spécial mais la nécessité de créer d’autres concepts de pouvoirs de pensée, de pouvoirs de volonté, de pouvoirs de sensibilité. La graisse fut par exemple pour moi une grande découverte car c’était le matériau qui pouvait apparaître comme très chaotique et indéterminé. Je pouvais l’influencer avec la chaleur ou le froid et je pouvais le transformer par les moyens non traditionnels de la sculpture telle que la température. Je pouvais transformer ainsi le caractère de cette graisse d’une condition chaotique et flottante en une condition de forme très dure. Ainsi la graisse se déplaçait-elle d’une condition très chaotique en un mouvement pour se terminer dans un contexte géométrique. J’avais ainsi trois champs de puissance et, là, était une idée de la sculpture. C’était la puissance dans une condition chaotique, dans une condition de mouvement et dans une condition de forme. Et ces trois éléments, forme, mouvement et chaos étaient de l’énergie non déterminée d’où j’ai tiré ma théorie complète de la sculpture, de la psychologie de l’humanité comme pouvoir de volonté, pouvoir de pensée et pouvoir de sensibilité ; et j’ai trouvé que c’était là le schéma adéquat pour comprendre tous les problèmes de la société. Il y avait aussi, impliqué organiquement le problème du corps social, de l’humanité individuelle, de la sculpture et de l’art en lui-même. J’avais besoin de moyens d’expression. J’avais déjà la graisse. J’avais besoin par ailleurs d’un élément très rapide, porteur d’électricité, ce fut le cuivre. Et puis j’avais besoin d’autre chose pour isoler tel secteur de tel autre et j’utilisai alors le feutre. Ainsi, on pourrait dire que c’était le premier concept sur le plan de l’énergie… mais c’est aussi une sorte d’anthropologie !»

Le travail de Joseph Beuys est un questionnement permanent sur les thèmes de l’humanisme, de l’écologie, de la sociologie. Cela le conduisit à définir notamment le concept de « sculpture sociale » en tant qu’Œuvre d’art totale, énoncée dans les années 1970 avec « Chaque personne un artiste », par l’exigence d’une concertation créative entre la société et le politique. Pour lui «le seul acte plastique véritable, consiste dans le développement de la conscience humaine ».

7000 chênes est une des oeuvres emblématiques de ce travail de sculpture sociale. Réalisée pour la Documenta 7, à Kassel en 1982, Beuys invite chacun à planter un chêne, associé à une colonne en basalt. Ce projet planétaire se continua même après la mort de Beuys en 1986.

 

Sources Wikipédia

 

 

 

 

 

 

 

 

7000 Oaks by Joseph Beuys (Kassel 2003, photo by Keichwa)

 

 

 

 

 

 

 

Joseph Beuys (12 May 1921 – 23 January 1986) was a German Fluxus, happening and performance artist as well as a sculptor, installation artist, graphic artist, art theorist and pedagogue of art.
In 1942, an event will be decisive for the rest of his life : Beuys was stationed in the Crimea and was a member of various combat bomber units. On 16 March 1944, Beuys’s plane was shot down on the Crimean Front and crashed. Beuys’ subsequent recount (1979) of the event became one of the most controversial aspects of his artistic persona. He claimed to have been rescued from the crash by nomadic Tatar tribesmen, who had wrapped his broken body in animal fat and felt and nursed him back to health.
It is not inconsistent with Beuys’ work that his biography would have been subject to his own reinterpretation; this particular story has served as a powerful myth of origins for Beuys’s artistic identity, as well as providing an initial interpretive key to his use of unconventional materials, amongst which felt and fat were central.
From 1964 on, Beuys used some organic materials which he was attached to since his plane crash : felt that insulates from the cold, fat which is a symbol of warmth and energy, honey and beeswax, soil, butter, dead animals, blood, bones, sulfur, wood, dust, nail trimmings and hair.
This illustrates the fact that Beuys didn’t intend to use these materials in order to recycle them. These last materials show that Beuys was using tailings in order to explore their materiality and to serve art, but not in order to recycle them.
As regards the use of his three favorite materials (fat, copper and felt) Joseph Beuys said : “Yes, I used more materials at the begginging, and they were more conventionnal. But after the crisis, I started a new theory and tried to find materials that were adapted to my new concerns about energies, about energy issues in general and my own vision of the sculpute theory. I realized that no one knew the actual nature of what they were talking about everyday : sculpture. No one knew the dovetailing of the enegies involved in sculpture.
So I tried to slay the coventionnal idea of sculpture. To me, not only was it the fact of working with a specific material, but it was also the need of creating different thought power concepts, different will power concepts, different sensitiveness concepts. For instance, fat was to me a great discovery. This material could seem very chaotic and undetermined. I could influence it with heat and cold, and transform it by some untraditional ways of sculpting, such as temperature.
I could therefore transform the nature of this fat from a chaotic and floating condition to a hard shaped one. Thereby, fat was shifting, in a movement, from a very chaotic condition to a geometric context. I had then tree fields of power, and there stood an idea of what sculpture is. It was power in a chaotic condition, power in a movement condition, and power in a shaped condition.
From these three elements : shape, movement and chaos, I drew my complete theory. This theory is about sculpture, human psychology as a power of will , a power of thinking and a power of sensitiveness. I figured this was a suitable scheme to understand all of the society issues.
There also was the social structure issue, the individual humanity issue, the sculpture and the art issue itself.
I was in need of some means of expression. I already had fat. I also needed an element that could quickly conduct electricity : it was copper. Then I needed something to insulate one part from the other : I used felt.
We may then consider that it was the first concept about energies. But this is also a sort of anthropology.”

Joseph Beuys’ work consisted in a parmenant questionning about humanism, ecology and sociology. It led him to define the “social sculpture concept” as a complete art work.
In the 70’s, it was presented as “ Each person is an artist”, requiring a creative consultation between society and politics.
To Beuys, “the only real art consists in the human consciousness improvement”
7000 oaks is one of the emblematic work from this social sculpting process. It was realized for the Documenta 7, in 1982 in Kassel. Beuys invited everyone to plant an oak tree associated to a basalth column. This global project was to be continued even after Beuys’ death in 1986.
Sources Wikipédia

par Marc

Tilt-O-Matic

juin 5, 2013 dans Expositions par Marc

 

Tilt-O-Matic_Pavillon re-source

 

Read this in english ?

 

Tilt-O-Matic ™, le Module Cérébral Intergalactique à Propulsion Bananière est une création de Maya Paris, dans le cadre de la création collective Quantic. Elle sera présentée lors du Quantic festival les 7,8,9 juin à Vichy.

Réalisation d’un Pavillon re-source avec son avatar.
Vous trouverez le Tilt-O-Matic™ Pod head » à l’intérieur du kiosque en faisant un clic droit sur la valise Tilt. L’autre valise vous permettra de vous envolez !

Mode d’Emploi:
Penchez la tête d’un côté et dévissez-la d’un prompt mouvement.
Remplacez-la par le « Tilt-O-Matic™ Pod head » . Il est possible que vous éprouviez un léger picotement.
Ouvrez les fenêtres.
Cliquez sur le module pour lancer son chargement.
La direction décline toute responsabilité pour d’éventuelles pertes ou vols de têtes. Le dépôt de votre tête est à vos risques et périls.

 

Tilt-O-Matic

 

Tilt-O-Matic ™, the Intergalactic Brain Pod banana-powered was created by Maya Paris within the Quantic collective creation. This creation will be shown during the Quantic festival on June 7,8 and 9 2013, in Vichy.

Realization of a  Pavillon re-source with an avatar.

You will find the “Tilt-O-Matic™ Pod head” inside the kiosque by right-clicking on the Tilt suitcase. The other suitcase will enable you to fly.

Instructions :

Bend your head on one side and unscrew it swiftly.
Replace your head by the « Tilt-O-Matic™ Pod head ». It might feel a little tingly.
Open the windows.
Click on the Pod to start its loading.
The direction disclaims any liability for the possible loss or theft of heads. Taking off your head is at your own risks.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Simotron Aquila

 

 

par Marc

Ceci est l’histoire d’un homme

juin 4, 2013 dans Expositions par Marc

 

Ceci est l'histoire d'un homme

Read this in english ?

« Ceci est l’histoire d’un homme marqué par un souvenir d’enfance » est la première phrase du film de science fiction La jetée de Chris Marker, réalisé en 1962.

Comme pour beaucoup, ce film reste pour moi une référence. Certainement parce qu’il touche ce qui nous construit en temps qu’individu. Marqué par une image d’enfance, nous le sommes tous.

Nous pouvons rêver à une machine qui nous permettrait de voyager dans le temps afin de modifier notre passé.

Mais quelle nécessité y a t-il de faire appel à une hypothétique technologie futuriste alors que nous avons la possibilité de le faire par une recherche sur soi-même? C’est ce que j’essaie d’explorer avec cette création collective Quantic, dans son travail sur l’expression d’une subjectivité personnelle et collective qui se réinvente avec de nouveaux flux de subjectivité.

Work in progress…

Marc Blieux

 

 

 

 

 

 

 

© Simotron Aquila

 

 

This is the story of a man

The film “La jetée” ( The pier) realised in 1962 by Chris Marker opens with this sentence : “This is the story of a man touched by a childhood memory”.
As for many others, this movie remains a reference to me. It certainely touchs what builds us as individuals. Each of us is touched by an image from childhood. We can dream of a machine that would allow us to travel back in time and change what we think is unpleasant about the past.
But aren’t there any other means? This is what the Quantic collective creation tries to explore through its personnal and collective subjectivity expression work that reinvents itself with these new subjectivity flows.

Work in progress…

Marc Blieux

par Marc

Source Des Espoirs

juin 4, 2013 dans Expositions par Marc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Read this in english ?

 

Source Des Espoirs a été réalisé dans le cadre de la création collective Quantic autour de la thématique de l’eau.
Les différents objets 3D et avatars sont de  Corine, Angélique, Audrey, une mère et ses deux enfants de 9 et 11 ans, lors des ateliers numériques qui se sont déroulés au centre social René Barjavel, dans le quartier des Ailes à Vichy.
Les enfants ont pu librement laisser aller leur imagination sur une ile spécialement pour eux:  Alice.

L’artiste Marc Blieux qui dirigeait les ateliers, a « tiré le fil » de ces créations et proposé différentes pistes de réflexion permettant à ces éléments de prendre sens dans leur ensemble.
Les éléments les plus marquants ont été intégré dans la création collective sur l’espace Quantic, à l’intérieur d’un pavillon re-source.
Des liens avec des personnages de la mythologie grecque et judéo-chértienne lui sont notamment apparus, créant plusieurs niveaux de lecture.

- Le bocal :

«J’avais envie de ne faire qu’un visage, une expression, un regard. Le miroir reflète l’apparence de quelqu’un, ce qu’on voit, ce que l’on ne voit pas. Dans son bocal, l’avatar ne craint rien de l’extérieur, il est comme protégé, comme un « poisson dans l’eau » mis dans un bocal, il a tout ce qu’il lui faut, aération, filtration … pas de pollution». Corine

Cet avatar dont l’image de son propre visage se reflète à l’infini,  défilant face à lui sur la face interne du bocal, n’est pas sans évoqué le mythe de Narcisse : un jour qu’il s’abreuve à une source, Narcisse voit son reflet dans l’eau et en tombe amoureux. Il reste alors de longs jours à se contempler et à désespérer de ne jamais pouvoir rattraper sa propre image. Ce bocal est donc à la fois une protection mais peut devenir un enfermement si on se coupe du monde autour de nous.

 

 

 

 

La piscine à glaces :


A l’intérieur du kiosque, une (très) grande dame au physique hésitant, tourne à l’infini dans une bouée rose, entourée de cornets de glace. Dans son spa, est-elle indifférente à ce qui l’entoure ?.
Pour voir l’intégralité de l’oeuvre, le visiteur  doit cliquer sur chaque boule de glace. L’avatar du visiteur prend alors une pose, un sac d’eau sur le dos. Chaque glace/sac correspond à une pollution différente. Comme dans le mythe d’Atlas, le dieu grec qui ne voulait plus porter le monde sur son dos, la responsabilité des différentes pollutions de l’eau est renvoyée sur les autres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Atlas portant le monde de Martin de Vos_1608_BNF

 

 

 

 

–  Le camping des animaux :

La réserve naturelle de la Boire des Carrés a été évoqué pendant l’atelier.
Le « camping des animaux » est un espace où les animaux – et les hommes – se sentiraient bien selon Angélique.

Mais ne peut on déjà plus « se sentir bien » que dans des « espaces réservés » ?.  Tournant lui aussi à l’infini autour du kiosque, le petit train, inspiré du train touristique qui sillonne la ville de Vichy, invite à visiter le camping des animaux sur Alice.  Sur une pancarte, une reproduction de l’Arche de Noé. Faut-il attendre le « déluge » pour prendre en compte les problèmes ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais les petits poissons nagent aussi bien que les gros !

Donnant définitivement à l’ensemble un air de conte de fée (revisité par Tim Burton !) la comptine « les petits poissons dans l’eau » a été enregistré par Corine, Angélique et Audrey et retravaillé par le compositeur Léandre Vaucher afin de créer l’environnement sonore du pavillon qui évolue en fonction de la position de l’avatar sur chaque cornet de glace.

 

Le nom du pavilllon, DES ESPOIRS, dans son écriture blanche sur fond bleu est en référence avec les noms des sources de Vichy que l’on trouve dans les espaces réservés aux curistes.

 

Les sources_Vichy_Célestins

 

Spring of hopes

Spring of hopes was produced during the Quantic collective creation about the theme of Water. The various 3D objects and avatars were produced by Corine, Angélique and Audrey, a mother and her two daughters aged 9 and 11, during the digital workshops that took place at the René Barjavel social center, in the “Ailes” neighbourhood.
The children were allowed to let their imagination go freely on an dedicated island: Alice.

The workshops were directed by Marc Blieux. He suggested different ways of thinking, letting these elements make sense as a whole set.
The most outstanding elements were added to the collective creation on Quantic, inside a “re-sourse” kiosk.
Connections with some characters from the Greek and Judeo-Christian mythology also appeard to him, which led to different levels of reading.

 

The jar :

“ I wanted to make a face, an expression, a gaze. The miror reflects the image of someone, with what we see and what we don’t. In its jar, the avatar doesn’t fear anything, it is somehow protected like a fish in water, having all that it needs : airing, filtering…and no pollution”. Corine.

The myth of Narcissus is suggested by this avatar whose own image reflects in front of it on the internal side of the jar. While drinking at a fountain, Narcisius once sees his own image reflecting on the water, and falls in love with it. Then he stays contemplating it and despairing not to be able to catch his own image. The jar is a protection but may also become a confinement if the avatar gets isolated from the world.

 

The swimming pool with ice creams :

Inside the kiosk, a big woman is endlessly turning around on a buoy, surrounded by ice creams. Is she unconcerned by what surrounds her?

In order to see the entire creation, the visitor must click on each ice cream. The visitor’s avatar then takes poses, bearing a water bag on its back. Each ice cream/ bag correponds to one specific pollution.
As in the myth of the Greek god Atlas, who didn’t want to carry the world on his back anymore, here, the responsability for the various water pollutions is put on the others’ back.

 

The campsite for animals :

The natural reservation “La Boire des Carrés” was mentionned during the workshop.
The “campsite for animals” is a place where animals, and human beings, could feel good according to Angélique.

Do we need to be in a reserved area to feel good? The little train that also turns endlessly around the kiosk was inspired by the little touristic train in Vichy. It invites the visitor to enter the campsite for animals on Alice.
A sign shows Noah’s Ark. Must we wait until the flood arrives to take theses problems in consideration?

 

Small fish swim as well as big ones !

The rhyme “Les petits poissons dans l’eau” (Small fish in water) gives the whole creation a fairy tale aspect. It was recorded by Corine, Angélique and Audrey, and reworked by Leandre Vaucher, the composer. It creates the acoustic environment that evolves in the kiosk, depending on the avatar’s position on each ice cream.

The name of the kiosk “DES ESPOIRS”, with its white letters on a blue background refers to the names shown above each source in Vichy, into the curists’ area.

 

 

 

par Marc

L’escalade du château d’eau

avril 30, 2013 dans Expositions par Marc

 

Read this in english ?

 

L’escalade du château d’eau est une création de Clément Murin, dans le cadre de la création collective Quantic.
Elle sera présentée lors du Quantic festival les 7,8,9 juin à Vichy.

 

« J’apprécie que cette première expérience d’un partenariat entre le centre d’art de Thiers et AIRE Mille Flux se réalise avec Clément Murin. La rencontre avec son travail a eu lieu lors de la visite de l‘exposition les enfants du sabbat.
Il y a 8 ans, j’avais invité Laetitia Carton à réaliser une création participative dans l’espace physique de AIRE à Moulins, après avoir vu son intervention lors de la 2ème édition des Enfants du sabbat. L’envie d’en renouveler la possibilité était toujours présente. L’enjeu étant cette fois d’inviter un artiste dont le support d’expression habituel n’est pas le numérique, à intervenir sur la plate forme 3D afin de provoquer un dialogue.
Les « squelettes » d’enseignes, le jeu entre représentation d’un support de communication publicitaire avec la disparition de tout message, les changements d’échelle ont, pour moi, tout de suite fait résonance avec les différents questionnements de Quantic.»

Marc Blieux

 

L’escalade du château d’eau # 1 :

L'escalade du chateau d'eau _ Clement Murin

L'escalade du chateau d'eau _ Clement Murin

L'escalade du chateau d'eau _ Clement Murin

L'escalade du chateau d'eau _ Clement Murin

L’escalade du château d’eau # 2 :

L'escalade du chateau d'eau # 2 _ Clement Murin

L'escalade du chateau d'eau # 2 _ Clement Murin

 

« Le travail qui me porte aujourd’hui est lié à la construction de toute chose, ainsi que les structures de ces choses. Le rapport que j’entretiens avec l’architecture est indéniable, mais mon travail s’exprime essentiellement de manière sculpturale. Il se compose également de dessins et de maquettes qui viennent appuyer ces démarches et peuvent exister pour eux-même parallèlement à celles-ci. Le besoin que j’ai de voir derrière ou à l’intérieur des choses qui nous entourent m’est essentiel […] J’ai focalisé mon attention sur les structures urbaines et plus particulièrement celles des panneaux publicitaires. Les «squelettes» créés sont alors les supports d’un imaginaire, cadres laissés à disposition de toute pensée vacante. Le retrait des images publicitaires met en évidence la présence d’architectures tout en questionnant sur ce qui se trouve derrière les images.
Le jeu des matériaux évoque la partie sensible de mes sculptures. En utilisant des matériaux dits fragiles (peuplier, verre) en opposition à des matériaux plus industriels (épicéa, fer, etc.), des rapports de forces apparaissent et provoquent une fragilité de structures qui pourtant se présentent comme imposantes.
Des questions d’échelles sont parallèlement mises en jeu : toutes mes sculptures passent par un processus de réduction et de ré-agrandissement pour trouver leur taille finale. L’étape de la maquette me permet de transférer certains attributs d’échelle et de matériaux avant de réadapter cette taille à un espace intérieur. Le déplacement de ces structures urbaines d’un extérieur vers un intérieur modifie le propos publicitaire pour l’amener vers un propos sculptural à l’intérieur de l’espace d’exposition. De même, la présence des maquettes propose un regard croisé avec les sculptures et le rapport au corps du spectateur. Mes sculptures-structures sont un détourage du vide plus qu’un dessin du plein. Ce vide mis en exergue construit l’espace et dénote l’absence d’image qui laisse apparaître la présence de ces «fantômes».

Clément Murin

 

Creux de l'enfer _Thiers

 

Clément Murin est né (1988) et travaille à Clermont-Ferrand

2013
Les enfants du sabbat, Cac Creux de l’Enfer,Thiers
2012
Diplôme National d’Expression Plastique à l’École Supérieure d’Art de Clermont Métropole
2010
Échange international à Oklahoma University, School of Art, États-Unis,
Bachelor of Fine Arts Junior : Advanced Sculpture, Contemporary Sculpture, Book-making, Typography 2
Diplôme National d’Arts Plastiques à l’École Supérieure d’Art de Clermont Métropole
Montage et comissariat de l’exposition Baccano – Imaginni d’Italia à Sonder Music Gallery, Norman, États-Unis
2009 Commissionné par Clermont Communauté pour une installation dans la bibliothèque de St-Genès Champanelle, Auvergned

 

Sans Titre, 2012
Tubes de fer, 190 x 175 x 88 cm

 

Autrement dit, d’assourdir ces discours très bavards, envahissants, tapageurs, intrusifs qu’adressent aux passants les panneaux publicitaires, les enseignes de tout acabit, plantés partout dans le paysage urbain. Tout en  les effaçant, l’artiste laisse à vif leur absence, la désigne, la dessine pour ainsi dire.

Extrait d’un texte de Judicael Lavrador

 

 

 

 

The water tower’s climbing was created by Clément Murin within the Quantic collective creation.
It will be shown during the Quantic Festival in Vichy, on June 7, 8 and 9 2013.

“I appreciate the fact that this first partnership experiment between Thier’s Art Center and AIRE Mille Flux is carried out with Clément Murin. The encounter with his work happened during the exhibition : “Les enfants du Sabbat”.
8 years ago, after having seen her intervention during the second edition of “Les enfants du Sabbat”, I had invited Laetitia Carton to realise a collaborative creation in the physical space of AIRE in Moulins. Since then, the will to repeat the experiment remained. This time, in order to provoke a dialogue on the 3D platform , the challenge was to invite an artiste whose usual expression medium was not the digital one.
The signs’ “skeletons” , the game of representing a advertising medium without any message on it and the scale changes… To me, this was all clearly linked to the various questionnings of Quantic.”

Marc Blieux

 

“ The work that leads me now is linked with the building of all things, aswell as with their structure. Although I’m linked to architecture, my work is mainly expressed in a sculptural way. It is also composed with drawings and mock-ups that support this way of working, and may also exist on their own.
To me, the need of seeing into and behind the things that surround me is fundamental[…] I focused my attention on urban structures and especialy on advertising signs. The skeletons I created are therefore a support to imagination, like frames at disposal for any vacant thought.
The withdrawal of all advertising images highlights the architecture and induces questionings about what lies behind images.
The materials recall the sensitive part of my sculptures. By using fragile materials (glass, poplar tree) opposing industrial materials (iron, spuce tree, etc)some balances of power appear and weaken the structures which look imposing though.
There are also a scale matter : all my sculpures go through a process of reduction and extention in order to find their final size. The mock-up stage allows me to transfer and adapt scales and materials to an inside space.
Moving this urban structures from an outside to an inside alters the meaning of the advertising message. It leads to a sculptural purpose inside the exhibition space.
The mock-ups also offer a perspective between the sculptures and the body of the observer. My structures-sculptures are more a clipping of the emptiness than a drawing of the fullness.
This highlighted emptiness builds the space and shows the lack of images. It therefore let these “ghosts” appear.

Clément Murin

 

Clément Murin was born in Clermont-Ferrand in 1988 and works there.

2013
Les enfants du sabbat, Cac Creux de l’Enfer,Thiers
2012
National diplôma of “Plastic Expression”, Superior Art School of Clermont Métropole
2010
International Exchange at Oklahoma University, School of Art, USA.
Bachelor of Fine Arts Junior : Advanced Sculpture, Contemporary Sculpture, Book-making, Typography 2
National diplôma of Arts, Superior Art School of Clermont Métropole
Set up of the Baccano exhibition – Imagini d’Italia à Sonder Music Gallery, Norman, États-Unis
2009
Commissioned by Clermont Communauté for a set up in the St-Genès Champanelle’s library, (Auvergne)

 

The advertising signs that are planted everywhere in the urban landscape, and that adress garrulous, invading, flashy and intrusive messages to passers-by, are thereby deafened.While erasing these messages, the artist leave a sharp lack of them, almost drawing them.

Extract from a text by Judicael Lavrador

 

 

 

par Marc

Une mémoire en chantier

avril 29, 2013 dans Expositions, Projets par Marc

 

Atelier / workshop dans le cadre du Quantic festival le 7 juin 2013 de 10h30 à 12 h. A L’Atrium au 37 avenue de Gramont à Vichy / entrée libre.

 

Laetitia Carton et Marc Blieux vous invitent à partager un moment d’échange sur le thème de la mémoire en lien avec l’histoire de Vichy. Ce premier atelier ne se veut pas un moment d’analyse ou de débat mais invite plutôt à  une discussion, une expression personnelle où chacun peut venir partager sa vision et s’il le souhaite, laisser un témoignage vidéo qui sera enregistré par Laetitia Carton.

 

« Je souhaitais que Laetitia intervienne lors cette première session du centre d’art numérique et du Quantic festival, pour plusieurs raisons. D’une part, j’apprécie son regard sur le monde par son travail artistique et la cohérence avec ses choix de vie. D’autre part, elle a été la première artiste que j’ai invitée à réaliser une création collective dans l’espace physique de AIRE à Moulins en 2006, intitulée Collectage d’utopie. J’aimais donc cette idée qu’elle soit présente avec nous pour ce nouveau départ.

Travaillant pour la création en résidence sur le territoire de Vichy dans toutes ses dimensions, architecturales, humaines, sociologiques et historiques, je me suis bien évidemment posé la question de comment aborder cette sombre période  qu’a été l ‘installation du gouvernement de Pétain . J’avais pensé dans un premier temps prendre suffisamment de recul et consacrer ces questionnements à l’année suivante. Le sujet étant doublement important pour moi : je suis né à Vichy et petit fils de déporté. J’avais aussi l’envie de raccrocher mon histoire personnelle à un questionnement de ma pratique artistique : un espace numérique 3D peut il être un lieu de mémoire ?

Laetitia se consacre à présent au cinéma documentaire. Ce que j’ignorai c’est qu’elle avait également dans ses projets depuis assez longtemps un film sur la mémoire de Vichy. C’est donc naturellement que sa proposition a porté sur cette période.

Je pense que cette relation entre 2 artistes, chacun ayant sa vision de Vichy, correspondant à son propre vécu d’enfance, sera enrichissant. Ce premier moment qui va se réaliser pendant le festival se prolongera dans les prochains mois jusqu’à la concrétisation de ces 2 projets artistiques, sur 2 médias différents, dialoguant entre eux…

Nous vous invitons à y prendre part.»

Marc Blieux

 

 

Laetitia Carton / Biographie

Laetitia Carton est née en 1974 à Vichy.
Elle vit et travaille à Faux-la-montagne sur le plateau de Millevaches.
Diplômée du Master de réalisation documentaire d’Ardèche Images à Lussas, en 2005, elle avait auparavant suivi des études aux Beaux-Arts de Clermont-Ferrand, puis terminé ce cursus par une année de post-diplôme (dirigé par Jean-Pierre Rehm) à l’école nationale des beaux-arts de Lyon.
Elle a pratiqué l’installation et l’art vidéo, dès sa sortie de l’école, ainsi qu’un travail à l’intersection de l’art et de l’écriture : des lettres aux PDGs qu’elle leur adresse depuis 2003.
Elle a exposé dans des lieux de diffusion de l’art contemporain, entre autres aux MAC (Musée d’art contemporain de Lyon), à l’abbaye St André à Meymac, à St Fons, au Creux de l’enfer à Thiers, à l’espace d’art contemporain de la ville de Paris…

Elle se consacre désormais au cinéma documentaire.
Son film de fin d’études, intitulé D’un chagrin j’ai fait un repos, a été sélectionné au festival « Les écrans documentaires » de Arcueil, au festival « traces de vie » de Vic le Comte, au festival « les hivernales du documentaire» du Pays Midi Quercy, au festival Documenta de Madrid, festival du film d’Aubagne, festival « les Inattendus » de Lyon, et diffusé aux Etats Généraux du Documentaire à Lussas. Il a remporté le Grand Prix du film expérimental et documentaire au festival Cinéma Pobre de Gibara, à Cuba et le prix du film d’études du festival «Traces de vie».

Son premier long-métrage, La pieuvre, en 2009 , tourné  avec sa famille touchée par une maladie génétique rare, la maladie de Huntington, a été sélectionnée au FIPA 2010, à Leipzig, à Tubingen, à Barcelone, et diffusé sur France 3. Elle termine actuellement son second long-métrage, portrait de Baudoin, auteur de bandes dessinée et terminera cette année un autre long-métrage sur le monde et la culture des Sourds. Elle écrit également un film sur Vichy, sa ville natale et son rapport à la mémoire.

 

par Marc

Opening Quantic festival

avril 27, 2013 dans Concerts, Evénements, Festivals par Marc

 

 

 

 

 

 

 

Première journée du Quantic festival le 7 juin 2013 à partir de 10h30 à l’Atruim  (salle du triangle 1er étage), 37 avenue de Gramont, à Vichy : visite de l’espace 3D, installation interactive, workshop, court-métrages… voir le programme complet du 7, 8, 9 juin

 

 

 

 

 

 

 

Accueil de l’Atrium

 

 

A 18h inauguration du festival.

La soirée se continuera par une performance électroacoustique de Léandre Vaucher (aka Lilju) retransmit en live sur la plate forme.

 

 

Une performance  de Kikas Babenco et Marmaduke Arado accompagnera la performance.

 

Quantic festival-opening performance Kikas Babenco et Marmaduke Arado

Quantic festival-opening-performance Kikas Babenco & Marmaduke Arado

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Simotron Aquila

 


 

 

 

 

par Marc

The Arrival

février 23, 2013 dans Expositions par Marc

 

Read this in english ?

 

The Arrival  sera présenté lors du Quantic festival les 7,8,9 juin à Vichy.

 

THE ARRIVAL

Une création de Saskia Boddeke aka Rose Borchovski

Explication1 :
Les Susa Bubbles ont attrapé un poisson. Alors que l’équipage admire la taille de l’animal, le poisson meurt. Ils se demandent s’ils sont responsables.

Explication 2 :
J’ai grandi dans un petit village au bord de la mer. Une fois tous les 2 ou 3 ans, un gros poisson (une petite baleine) s’échouait sur notre plage. Et c’était un très gros événement : L’ARRIVEE, ce poisson énorme étendu sur la plage, son poids l’empêchait de respirer, voulant revenir dans l’eau, dans la chaleur de sa graisse, piégé dans le sable, tout gluant et malodorant. Nous l’escaladions de toutes parts, debout sur le sommet de son ventre, lui donnant des coups avec des bâtons, sautant dessus pour des photos, alors que la baleine mourrait lentement sous nos pieds. La plage se transformait en une fête de l’école, une bonne affaire pour le vendeur de croquettes de poisson et de chocolat chaud.
Quand le poisson était enfin mort, c’était le grand final. Des hommes avec de grosses bottes, des imperméables brillants jaunes et des couteaux aiguisés hachaient en pièces le poisson devenu à présent très odorant. Le regarder donnait une odeur à nos cheveux pour des semaines.
En tant qu’enfant, cela laissait une forte impression sur moi. Pourquoi n’étions-nous pas capable de porter le poisson jusqu’à la mer?
Je me demande si nous étions à blâmer.

Explication 3 :
Explication chrétienne : avons-nous besoin du poisson pour absoudre nos péchés ?
Prenons-nous plus que ce dont nous avons besoin, sommes-nous à blâmer ?

Explication 4 :
Inspiré d’une peinture : “Les gros poissons mangent les petits” de Bruegel l’Ancien.
Grandibus Exigui Sunt Pisces Piscibus Esca.

Explication 5 :
Votre histoire et votre joie de découvrir le Poisson.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les gros poissons mangent les petits – Pieter Bruegel l’Ancien – 1556 – Graphische Sammlung Albertina, Vienna

 

Biographie :

SASKIA BODDEKE
Réalisatrice nouveaux médias / théâtre musical / installations
Vit à Amsterdam

Saskia Boddeke est une artiste multimédia et metteur en scène. Son théâtre, avec une solide formation en matière de langages caractéristiques du théâtre musical au cours des vingt dernières années, utilise les projections multi-écrans, la programmation informatique et les associations avec des univers visuel encore plus récent comme Second Life, l’inter-montage et l’inter-connexion d’avatars animés audiovisuelles avec de vrais acteurs au sein d’une présence sur scène qui combine une présence physique avec le numérique. Ses performances sont montrées à travers l’Europe.

Saskia a dirigé de nombreux spectacles de théâtre musical et d’opéra dont la plupart des livrets ont été écrit par Peter Greenaway :
Rosa, a horse drama, (De Nederlandse Opera Amsterdam) + long métrage ; Writing to Vermeer, De Nederlandse Opera, Amsterdam, New York et Adélaïde); 100 Objets pour représenter le monde, (Salzburg et tournée à travers l’Europe et l’Amérique du Sud ; Or, 92 bars dans une voiture accidentée,(Schauspiel de Francfort); Die Zauberflöte, WAMozart, en co-direction avec Pierre Audi (Salzburger Festspiele, Salzbourg); Christophe Colomb, (Deutsche Staatsoper, à Berlin) ; Les enfants de l’uranium (Genoa et Naples); Wash & Travel, installation multimédia avec des performances live au Festival de Lille Capitale Culturelle.  The Falls, Zwolle ; Rembrandt Spiegel, (Productiehuis Rotterdam)
tournée à travers les Pays-Bas et à Budapest ; Vj Show : Le Survivant de Varsovie d’Arnold Schönberg, Opera de Florence ; La Planète bleue,  (Saragosse , Chine , Macao et Hong Kong) , Le Big Bang,  (Varsovie).
Avec son avatar de Second Life Rose Borchovski, Saskia a exposé l’histoire de Susa Bubble.
Pour l’année 2013, Saskia travaille sur plusieurs expositions multimédia : Le sexe et la mer (musée maritime de Rotterdam) ; L’âge d’or des Pays-Bas et de la Russie….

 

 

*

COMING SOON

 

 

THE ARRIVAL

A artwork by Saskia Boddeke aka Rose Borchovski

Explanation 1:
The Susa Bubbles have caught a fish, while they admire how big it is, the fish dies. They wonder if they are to blame.

Explanation 2:
I grew up in a small village on the edge of the sea. Once every few years a big fish (small whale) would strand on our beach. And that was an enormous happening: THE ARRIVAL, this giant big fish lying on the beach, its weight made it impossible to breath, longing for the water, overheated by its own fat, trapped in the sand, slippery and smelly. We would climb all over it, standing on top of its belly, poking it with sticks, jumping up and down for pictures, while the whale was slowly dying under our feet. The beach would turn into a fancy fair, good business for local kibbling (warm fish) and hot chocolate seller.
When the fish was finally dead, there was the grand finale. Men with big boots, shinny yellow raincoats and sharp knives would chop the bubbling and the now very smelly fish up into pieces. Looking at it made our hair smell for weeks.
As a child this left a huge impression on me. Why were we not able to carry the fish back into the sea?
I wondered if we were to blame.

Explanation 3:
Christian explanation: do we need the fish to take over our sins?
Do we take more then we need, are we to blame?

Explanation 4:
Inspired by a painting: “Big Fish Eat Little Fish” by Pieter Brueghel the Elder.
Grandibus Exigui Sunt Pisces Piscibus Esca.

Explanation 5:
Your story and enjoyment to discover the Fish.

CREDITS:
Installation and concept by Rose Borchovski
Scripts: Caer Balogh
Song at the end: Susanne Sundfør

 

Biography :

SASKIA BODDEKE
Director: new media/music theatre/installations
Live in  Amsterdam

Saskia Boddeke is a multimedia artists and stage director. Her theatre, with a solid grounding in characteristic music-theatre languages over the last twenty years, uses multiple projection-screens, sophisticated computer-programming and manoeuvres into association with even newer visual phenomenon like Second Life, inter-cutting and inter-connecting animated audio-visual avatars with live actors within a stage presence which combines the truly physical with the electronic. Her performances are shown around Europe.
Saskia has directed many music theatre performances and operas of whom Peter Greenaway wrote libretto :

- Rosa, a horse drama, (De Nederlandse Opera Amsterdam) + feature film ; Writing to Vermeer, De Nederlandse Opera, Amsterdam, New York and Adélaïde); 100 objects to represent the world, (Salzburg, tour around Europe and South America; Gold, 92 bars in a crashed car, (Schauspiel de Francfort); Die Zauberflöte, WAMozart,  in co-direction with Pierre Audi (Salzburger Festspiele, Salzbourg); Christoph Colomb, (Deutsche Staatsoper, Berlin) ; Children of Uranium (Genoa and Naples); Wash & Travel, imultimedia installation with live performance at the Lille Cultural Capital Festival.  The Falls, Zwolle ; Rembrandt Spiegel, (Productiehuis Rotterdam, tour through the Netherlands and to Budapest) ; Vj Show : The Survivor of Warsaw  by Arnold Schönberg, Opera de Florence ; The Blue Planet,  (Saragosse , China , Macau and Hong Kong)) , The Big Bang,  (Varsovie).
With her Secondlife avatar Rose Borchovski, Saskia has shown the Susa Bubble story.
For the year 2013, Saskia is working on several multimedia exhibitions:  Sex and the Sea, for the maritime museum in Rotterdam ; The golden age of the Netherlands and Russia for Moscow Manage….

par Marc

Pavillon re-source

février 8, 2013 dans Projets par Marc

 

Read this in english ?

 

Les « Pavillons re-source » sont des éléments de la création collective Quantic.

2 pavillons situés dans le parc de sources à Vichy, ont été modélisé puis proposé aux artistes afin qu’ils développent une création sur le thème d’un espace de ressource personnelle. Toutes les modifications sur le build 3D et son intérieur étaient autorisées. Des éléments à porter peuvent être donné ou des actions à accomplir par les avatars.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pavillon de la Source de l’hôpital

 

 

Repères historiques

Kiosque est un mot d’origine turque kieuchk ou kiösk signifiant pavillon de jardin.
Un véritable engouement pour ces constructions légères s’est développé dans les villes à la fin du XIXe siècle.
A Vichy de nombreux kiosques et pavillons ont été construits dans les différents parcs. Certains ont été détruits ou remplacés  mais il en subsiste encore d’architecture et de fonction variées : kiosque à bonbons (pastilles, sucres d’orge), kiosques à musique, kiosques et pavillons pour les eaux thermales….
En 1812, Napoléon Ier ordonne par décret l’aménagement des abords des fontaines et la création d’une promenade reliant la source Chomel à la source de l’hôpital, et l’établissement de soins.
Les kiosques deviennent un des éléments de cet urbanisme thermal.

 

 

Les réalisations des artistes (cliquez sur l’image pour accéder à la présentation)

Dans la tête de Joseph Beuys de Marc Moana aka Marc Blieux :

Dans la tête de Joseph Beuys

Source Des Espoirs :

Source Des Espoirs_kiosque

Tilt-O-Matic par Maya Paris

Tilt-O-Matic_Pavillon re-source

 

 

The “Pavillon re-source” will be one of the elements of the collective creation Quantic Festival. Several pavillons and kiosks of the present and of the past in Vichy will be modelled. Then, they will be proposed to artists to develop a creation about the thematic of a personal resource space. All modifications on the 3D build and its inside are allowed. It will be possible to give visitors elements to wear or actions to be accomplished by their avatar.

 

Repères historiques

Kiosk is a word of Turkish origin kieuchk or kiösk, which means pavilion.
These light buildings became very popular in towns at the end of the XIXth century.
In Vichy, many kiosks have been build in different parks. Some of them have been destroyed or replaced but some remain of varied architecture and function : candy kiosk (lozenges, “sucre d’orge”), drinking kiosk for the thermal water or for music…
In 1812 Napoleon 1st order by a decree to convert the area of the fountain and the creation of a walk from the Chomel source to the hospital source and of the thermal establishment.
The kiosks became one of the elements of this thermal urbanism.

Statistical data collected by Statpress SEOlution (blogcraft).